Support de cours de MP 1998 à 2004

OPTä
ou la gestion de la production par les goulets


Sommaire des fiches

 

Principes et généralités

Dans son livre "Le but", E. Glodratt pose la question :

- Pourquoi une entreprise possédant des machines modernes, employant des ouvriers de valeur , n'ayant pas de problème d'approvisionnement de bruts et dont les produits sont potentiellement vendus peut faire faillite ?

Et en fait une réponse très simple :

PARCEQU'ELLE EST MAL GEREE !

Une des bases des problèmes de gestion d'une entreprise est le mauvais emploi des ratios (taux d'efficacité, rentabilité, ... ). Seul une analyse de l'entreprise dans son ensemble permet de vérifier si les ratios utilisés sont de bons indicateurs. Il faut donc avoir recours à une analyse SYSTEMIQUE de l'entreprise et analyser si le but macro-économique de l'entreprise est bien poursuivi. Mais quel est le but d'une entreprise ? Là encore on trouve dans "Le but" une réponse simple :

GAGNER DE L'ARGENT !

Il est possible d'exprimer ce but du point de vue comptable :

- Le but est d'augmenter le bénéfice net tout en améliorant simultanément le rendement des investissements et la trésorerie.

Mais là encore E. Glodratt préfère l'exprimer en fonction de données plus tangibles dans un atelier de production de pièces mécaniques :

- Le but d'une entreprise est d'augmenter le produit des ventes tout en abaissant simultanément les stocks et les dépenses de fonctionnement.

ce que nous exprimerons en reprenant le vocabulaire VADã par :

- Le but d'une entreprise est d'augmenter la valeur ajoutée dégagée par les ventes tout en abaissant la charge globale à couvrir.

 

Domaine d'utilisation

Le système de gestion par les contraintes (OPT) est le prolongement logique du MRP et du Kanban. C'est donc "le" système de gestion juste à temps puisqu'il s'adapte à tous les types d'entreprises même celles qui n'anticipent pas la production (travail à la commande).

 

Règle n1

R1 : Equilibrer les flux et non les capacités.

C'est le principe de base de OPT. En effet tout est basé sur la notion de pilotage du flux de production par le goulet. L'argument qui vient tout de suite à l'esprit est :

" Et si il n'y avait pas goulet ?

Et si toutes les capacités étaient identiques et bien équilibrées ? "

Nous allons voir que cet argument ne tient pas du fait qu'il est impossible de supprimer totalement les fluctuations, les aléas dans un atelier. Mettre deux postes de même capacité en série revient à traiter le problème de la gestion d'une file d'attente. La solution mathématique existe et permet de monter que le stock inter poste tend alors vers l'infini ! En effet, équilibrer les capacités revient à générer des retards et des stocks qui ne seront JAMAIS rattrapés. Equilibrer les flux est donc le bon objectif de la production et est facilité par la présence d'un goulet.

 

Règles n2, 3, et 6

R6 : Les goulots déterminent à la fois le débit de sortie et les niveaux de stock.

R3 : Utilisation et plein emploi d'une ressource ne sont pas synonymes.

R2 : Le niveau d'utilisation d'un non-goulet n'est pas déterminé par son propre potentiel mais par d'autres contraintes du système.

 

Règles n4 et 5

R4 : Une heure perdue sur un goulet est une heure perdue pour tout le système

R5 : Une heure gagnée sur un non-goulet est un leurre

 

 

Règles n7 et 8

R7 : Souvent le lot de transfert ne doit pas être égal au lot de fabrication.

R8 : Les lots de fabrication doivent être variables et non fixés.

C'est en suivant les exemples de loutil "Gantt" que l'on comprendra la règle 7; pour la règle huit il s'agit de faire varier le fractionnement au cours du cycle de production afin d'augmenter encore plus la souplesse. C'est en même temps, une attaque contre les quantités économiques de Wilson ou des systèmes MRP.

 

Règle n9

R9 : Etablir les programmes en prenant en compte toutes les contraintes simultanément. Les délais de fabrication sont le résultat d'un programme et ne peuvent donc pas être prédéterminés.

Il s'agit d'une attaque "en règle" contre les systèmes de planification à capacité infinie du MRP et du PERT. En effet, surtout en MRP II, il faut connaître le délai d'obtention de chaque niveau de nomenclature à priori. OPT prône la capacité finie.

 

La devise

La somme des optimums locaux n'est pas l'optimum du système global

 

Sommaire des fiches