Clé du livre "Des Outils pour la GPI" de JL Brissard et M Polizzi aux éditions AFNOR Gestion 1990.

Clef : APPROVISIONNEMENT DE FLUX


Exemple
Compléments_d'informations

Retour au sommaire du livre


 La vision systémique de l'entreprise nécessite une remise en cause des politiques traditionnelles des approvisionnements. Un flux doit être alimenté en temps utile et dans la quantité juste nécessaire. Ceci nécessite de renégocier les modes d'approvisionnement sous l'angle du partenariat. Un approvisionnement ne doit plus être une commande épisodique par grandes quantités livrées en une seule fois, mais un contrat d'approvisionnement pour une quantité globale livrée par petits lots. L'intérêt d'une entreprise n'est pas de couler ses fournisseurs en essayant de tirer au maximum sur les conditions d'achat mais plutôt de fiabiliser le flux de matière par des accords de coopération. Là encore, la vision d'ensemble doit primer sur l'optimisation ponctuelle.
Les premières études sur les séries économiques datent de 1915. Elles sont l'œuvre d'un ingénieur de la société Westinghouse nommé F. Harris. Il semblerait que le nom de Wilson soit celui de l'auteur d'un article paru dans la revue de l'université d'Harvard datant de 1929. Depuis cet article qui connut un vif succès parmi les managers plongés dans la fameuse crise économique, on donne le nom de WILSON au modèle que l'article présentait. De nos jours, et particulièrement pour ce qui concerne la gestion de production, l'approvisionnement ne doit plus consister à re complémenter un stock mais à alimenter un flux.
Le modèle de Wilson est utilisé pour déterminer les quantités économiques à approvisionner. Il suppose des consommations constantes et un avenir certain. Il n'admet pas les ruptures de stocks. Les coûts de réapprovisionnement sont indépendants des quantités réapprovisionnées. Le modèle de Wilson prend en compte le fait que le stock est nécessaire mais qu'il faut en limiter le coût. Or l'objectif n'est pas l'optimisation locale de l'approvisionnement mais l'optimisation globale de l'entreprise. Nous ne nous baserons donc pas sur la quantité économique de Wilson. Il faut alimenter le flux pour satisfaire les commandes en quantités et délais. L'optimum dépendra de la flexibilité des approvisionnements :

EXEMPLE

Une entreprise vient d'installer un enchaînement KANBAN pour son unité de production relative à des produits standards dont la demande est relativement stable. Son principal fournisseur de bruts n'est pas encore organisé en juste à temps. L'approvisionnement de ces bruts estampés fait l'objet d'une concertation entre le fournisseur et l'entreprise. Le besoin journalier (par jour ouvrable) est de 58 bruts, avec une incertitude de +/- 4. Le plan prévisionnel de production prévoit un volume de 25000 unités pour les deux ans à venir. 2000 F de transport seront facturés à chaque livraison.
L'objectif est de limiter au maximum le stockage en début de ligne avec une garantie d'approvisionnement de 100%.

Ces données sont résumées ci-dessous :

Nous allons choisir dans le tableau suivant un mode d'approvisionnement :

Mode d'approvisionnements

Méthode

Quantités

Dates

Critères de choix

-

fixes

fixes

- articles peu coûteux - consommation stable
Point de commande

fixes

variables

- variations aléatoires de consommations
Approvisionnement périodique

variables

fixes

- variations systématiques de consommations
Méthode graphique

variables

variables

- objectif: priorité au J.A.T.
- articles coûteux

 

Nous voulons amener le fournisseur vers des livraisons plus fréquentes que par le passé . Nous utiliserons pour cela un mode d'approvisionnement périodique qui va nous permettre de négocier un nombre précis de livraisons.

Quand approvisionner ?

Cela dépendra du nombre d'approvisionnements que pourra accepter le fournisseur. Il est bien évident qu'ici une livraison journalière de 58 bruts serait la plus adéquate car elle minimiserait le stockage. Il faudra faire évoluer la négociation avec le fournisseur vers cet objectif. Jusqu'où pourrons-nous aller ?
Le coût annuel d'approvisionnement est directement fonction du nombre d'approvisionnements.

Nous appellerons :

CA : Coût Annuel d'approvisionnement
FA : Frais d'Approvisionnement
NA : Nombre annuel d'Approvisionnements
BA : Besoins Annuels d'articles
Q : Quantité d'articles d'un approvisionnement

L'expression de CA est :

  CA = FA x NA

or NA = BA/Q, donc

CA = (FA x BA)/ Q

La fonction CA ® f(Q) est une branche d'hyperbole. L'application au problème donne :

  CA = (2000 x 12500) /Q
  CA = 25 000 000 /Q
  CA = (25 x 106)/Q

Pour simplifier nous considérons le transport comme étant le paramètre le plus significatif.

La représentation graphique est la suivante :

 

 

Comme le montre la courbe, la livraison journalière aux conditions actuelles sera d'un coût exorbitant.
La recherche d'un compromis pour aboutir à une fréquence de livraisons acceptable financièrement par l'entreprise suivra la démarche ci-après :

1°) Calcul de la V.A.D. (Valeur Ajoutée Directe) unitaire :

VADu = 500 - (50 + (2000 / Q))

500 : prix de vente unitaire
50 : coût d'achat hors livraison
2000 : coût d'un transport
Q : Quantité d'articles d'un approvisionnement

2°) Réduction de VADu que peut accepter l'entreprise :

Sachant que le fait d'étaler les livraisons entraînera une diminution du BFR (Besoin en Fond de Roulement), l'entreprise peut sacrifier une partie de la VADu. La VADu maximale a pour valeur :

VADu maxi = 500 - 50 = 450

(VADu maxi est obtenu pour un coût de livraison nul)

En concédant un coût de livraison par article d'environ 3% de la VADu maxi la quantité approvisionnée Q sera en moyenne de :

2000 / Q = 450 X 0,03
Q = 150 pièces par livraison

Avec une demande journalière de 58, la fréquence de livraison sera de 150/58 = 2,6 jours. En pratique cela nécessite une livraison tous les 2 ou 3 jours ouvrables et représente 8 livraisons par mois.

Pour les trois mois à venir le calendrier pré-établi sera le suivant :

-

Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Vendredi

Samedi

Dimanche

Octobre
2*
9
16
23*
30*

3
10*
17
24
31

4
11
18*
25

5*
12
19
26

6
13*
20
27

7
14
21
28
1
8
15
22
29
Novembre
6
13
20*
27*

7*
14
21
28
1
8
15*
22
29
2*
9
16
23*
30*
3
10*
17
24
4
11
18
25
5
12
19
26
Décembre
4*
11*
18*
25

5
12
19
26*

6
13
20
27

7*
14*
21*
28
1
8
15
22
29
2
9
16
23
30
3
10
17
24
31

* : jour de livraison

Combien approvisionner ?

Les approvisionnements sont établis sur la base de 150 pièces. En trois jours ouvrables, la consommation maximale est de:

(58 + 4) x 3 = 186 pièces

La consommation théorique entre deux livraisons étant de 150 pièces, un stock de sécurité de 186 - 150 = 36 pièces est un maximum admissible.
Nous commanderons 186 pièces pour la première livraison, puis de suivre l'évolution de ce stock de 36 pièces et de réajuster au fur et à mesure des commandes.

Compléments d'informations

Voici pour terminer une liste d'ouvrages pour lecteur désirant s'initier aux méthodes traditionnelles de gestion des stocks basées sur le modèle dit de Wilson :

Retour au sommaire

Retour au sommaire du livre

SH & MP le 01/09/99